Paul-Etienne DUPONT Notaire à PARIS , PARIS 12ème, 75012 Notaris te PARIJS Notaire - PARIS

L'office vous informe

COVID 19 , les conséquences du confinement sur les délais Avec la crise sanitaire du Covid-19, de nombreuses situations sont restées suspendues depuis le début du confinement total le 17 mars dernier. Le législateur a apporté des réponses sur les règles à respecter en matière de délais contractuels et légaux. Lire la suite

État d’urgence du 25 mars au 25 mai 2020

L’article 4 de la loi du 23 mars 2020 a décrété l’état d’urgence sanitaire pour une période de deux mois, du 25 mars 2020, date d’entrée en vigueur de la loi, au 25 mai 2020. Pour rappel, l’état d’urgence est une période d’ « état d’exception » durant laquelle le gouvernement peut prendre des mesures, sans avis du Parlement, et restreignant certaines libertés, comme la liberté de circulation.


Période juridiquement protégée du 12 mars au 25 juin 2020 :
L’article 1er de l’ordonnance n°2020-306 du 25 mars 2020 relative à la prorogation des délais a fixé une période juridiquement protégée pendant laquelle les mesures dérogatoires s’appliqueront. Cette période s’étend du 12 mars 2020 au 25 juin 2020 (un mois après la fin de l’état d’urgence sanitaire).

Délais légaux : dérogation au report  :
Alors que l’ordonnance du 25 mars 2020 prévoyait un report des délais légaux à compter du 24 juin 2020, l’ordonnance du 15 avril 2020 précise ce dispositif. Le texte indique qu’aucun report de délai ne s’applique « aux délais de réflexion, de rétractation ou de renonciation prévus par la loi ou le règlement, ni aux délais prévus pour le remboursement de sommes d’argent en cas d’exercice de ces droits. »


Ainsi, les délais de rétractation en cas d’achat d’un bien immobilier, de réflexion préalable en cas d’achat sur plan, ou encore celui en cas de divorce à l’amiable, ne sont pas suspendus.

De la même manière les délais prévus pour les conditions suspensives de prêt ne sont pas prorogés automatiquement du fait du confinement.

Les délais de recours en matière d’urbanisme ont aussi été précisés. Le délai est suspendu et reprendra son cours dès la fin de l’état d’urgence sanitaire (avec un minimum de sept jours). Si le délai de recours contre un permis de construire tombait le 12 avril 2020 (soit un mois après le début du confinement), il ne deviendra ainsi définitif qu’à partir du 25 juin 2020.

Le même principe s’applique aux demandes d’autorisation d’urbanisme (comme un permis de construire), où le délai d’obtention reprend le 25 mai 2020. Ainsi, un permis de construire déposé le 1er mars 2020 devra être délivré au plus tard le 14 juillet 2020.

Délais contractuels, maintien ou report ?
En principe, les délais contractuels ne sont pas concernés par l’ordonnance. Ainsi, tout report doit faire l’objet d’un accord entre les
parties formalisé par un avenant au contrat. Ces dates pourraient être modifiées si l’état d’urgence sanitaire était prolongé.

COVID 19 - Report de la déclaration de revenus Voici le nouveau calendrier de dépôts des déclarations d'impôt sur les revenus perçus en 2019. Lire la suite

Le service de déclaration en ligne des revenus a débuté lundi 20 avril 2020 sur le site Internet www.impots.gouv.fr.

Le nouveau calendrier pour procéder à sa déclaration est le suivant :
· 4 juin pour les habitants des départements numérotés de 01 à 19 et pour les non-résidents en France ;
· 8 juin pour les habitants des départements numérotés de 20 à 54 ;
· 11 juin pour les habitants des départements numérotés de 55 à 976 (Mayotte).

À savoir : si votre déclaration n’a porté, en 2019, que sur des revenus préremplis par l’administration et si votre situation personnelle
n’a connu aucun changement depuis l’année dernière, vous faites sans doute partie des contribuables éligibles à la déclaration automatique. Dans ce cas, vous recevrez un courrier ou pourrez consulter le récapitulatif de votre situation sur votre espace en ligne.
Si vous n’avez aucune modification, votre déclaration de revenus sera réalisée automatiquement.

Notarissen Parijs, Frankrijk, Nederland Notaris te Parijs, Frankrijk Lire la suite

Het notariskantoor van Paul-Etienne Dupont bestaat sinds juli 2009. Henriette van Zelm van Eldik is een van de medewerkers op dit kantoor. Zij heeft in Nederland in 2000 haar studie notarieel recht afgerond en er vervolgens zes jaren als kandidaat-notaris gewerkt met als specialisatie estate planning en onroerend goed in Frankrijk. Door haar kennis van het Nederlandse en Franse recht, de vloeiende beheersing van de Nederlandse en Franse taal en ervaring met de beide culturen, heeft zij, samen met Paul-Etienne, al veel Nederlanders van dienst kunnen zijn.

DIENSTEN

De bevoegdheden van een Franse notaris beperken zich niet tot de plaats waar het notariskantoor is gelegen. De Franse notaris kan in heel Frankrijk zijn diensten verlenen. Zo kan een Parijse notaris worden ingeschakeld bij de aankoop van een in Zuid-Frankrijk gelegen onroerend goed.

Wij kunnen Nederlanders onder andere bij het volgende adviseren en begeleiden:

Aankoop onroerend goed in Frankrijk

Wanneer u een in Frankrijk gelegen onroerend goed wenst te kopen, dient u hiervoor een Franse notaris in te schakelen. U kunt dezelfde notaris nemen als de verkoper, maar u kunt ook een eigen notaris inschakelen. Dat werkt niet kostenverhogend; de beide notarissen delen in dat geval namelijk het honorarium, welke voor rekening van de koper komen.

Wij kunnen het hele aankooptraject notarieel begeleiden, vanaf het tekenen van de voor-overeenkomst (de promesse of de compromis de vente) tot en met het tekenen van de uiteindelijke koopakte. Hierbij leggen wij u, indien nodig, in het Nederlands uit hoe het aankooptraject verloopt en lichten de inhoud van de te tekenen akten toe.

In het zicht van de aankoop van het Franse onroerend goed, kunnen wij u adviseren over hoe u het onroerend goed het beste kunt aankopen (direct of middels een Société Civile immobilière (SCI); een Franse onroerend goed vennootschap) en of het verstandig is om een financiering met betrekking tot de aankoop aan te gaan. De manier van aankoop is afhankelijk van uw persoonlijke situatie en uw wensen met betrekking tot een eventuele toekomstige overgang van het Franse vermogen dat u straks bezit.

Verkoop onroerend goed in Frankrijk

Net als voor de aankoop geldt dat wanneer u een in Frankrijk gelegen onroerend goed wenst te verkopen, u hiervoor een Franse notaris dient in te schakelen. De notariskosten worden door de koper gedragen, ook al heeft u ieder een eigen notaris.

Wanneer u een Franse vakantiewoning verkoopt, dient u rekening te houden met mogelijk te betalen winstbelasting.

Wij kunnen de verkoop notarieel begeleiden tot en met het tekenen van de verkoopakte en de afdracht van eventuele winstbelasting.

 

Testament

Wanneer u eenmaal een Frans onroerend goed bezit, dient u rekening te houden met een mogelijke toekomstige vererving van dit onroerend goed en in Frankrijk te betalen erfbelasting. Wij kunnen, eventueel in samenwerking met uw Nederlandse notaris, bekijken of uw huidige testamenten in Frankrijk goed uitgevoerd kunnen worden en u inlichten over de fiscale gevolgen. Indien nodig kunnen wij adviseren over een wijziging van uw Nederlandse testament met het oog op de vererving van het Franse onroerend goed.

Tenaamstelling na overlijden en aangifte erfbelasting

Wanneer een eigenaar van een Frans onroerend goed overlijdt, dient (zijn aandeel in) dit bezit op naam van zijn erfgenamen gesteld te worden. Allereerst zal bekeken moeten worden welk recht van toepassing is op de vererving van dit in Frankrijk gelegen onroerend goed. Wij kunnen, eventueel in samenwerking met de Nederlandse notaris, de tenaamstelling van het onroerend goed verzorgen.
Wanneer een erflater Frans vermogen nalaat (waaronder Frans onroerend goed, een Franse bankrekening), zal in Frankrijk een aangifte erfbelasting gedaan moeten worden, ook indien de erflater in Nederland woonde. Wij kunnen de aangifte voor u opstellen en indienen. Daarnaast kunnen we helpen met de deblokkering van een eventuele Franse bankrekening.

Indien een erflater niet in Frankrijk woonde en geen Frans vermogen nalaat, maar een erfgenaam woont al wel een bepaalde tijd in Frankrijk, dan zal het kunnen zijn dat ook in Frankrijk een aangifte erfbelasting gedaan moeten worden. Wij kunnen deze voor u verzorgen.

Tenaamstelling na echtscheiding

Wanneer echtgenoten samen een in Frankrijk gelegen onroerend goed bezitten en in het kader van een echtscheiding dit onroerend goed aan een van beiden wordt toebedeeld, dient de tenaamstelling in Frankrijk gewijzigd worden. Wij kunnen dit voor u verzorgen.

TARIEVEN

In Frankrijk zijn de tarieven voor de meeste notariële akten nog gereglementeerd. De tarieven zijn voor heel Frankrijk gelijk. Sommige tarieven zijn een vast bedrag, andere tarieven zijn gerelateerd aan de waarde van de in de te tekenen akte betrokken goederen.

Voor bepaalde diensten kan de Franse notaris een 'vrij' honorarium in rekening brengen. Dit vrije honorarium geldt bijvoorbeeld ten aanzien van een advisering of wanneer naast het verrichten van diensten, waarvoor een gereglementeerd tarief geldt, nog andere/extra diensten worden verleend. De notaris dient u vooraf over deze kosten in te lichten.

U kunt altijd vooraf informeren naar de kosten die gemoeid gaan met de voor u te verrichten diensten.

Fin de l'exonération de la taxe de publicité foncière due à raison des changements de régime matrimoniaux A partir du 1er janvier 2020, la taxe de publicité foncière de 0,714% sera à nouveau due à l'occasion des changements de régimes matrimoniaux emportant adoption d'un régime de communauté . Lire la suite

La loi de finances de 2019 a abrogé l’article 1133 bis du Code Général des impôts qui exonérait de toute taxation les changements de régimes matrimoniaux emportant adoption du régime de la communauté.

A compter du 1er Janvier 2020, ces actes donneront lieu à perception du droit fixe de 125 € et à la taxe de publicité foncière de 0,714% sur la valeur des biens immobiliers, si l'acte emporte transmission de droits réels immobiliers.

Par exemple , en cas d'apport à la communauté d'un bien immobilier appartenant en propore à l'un des époux d'une valeur de 1.000.000 €, la taxe de publicité foncière s'élèvera à 3.570 €.

Cette mesure alourdira le coût de les stratégies patrimoniales concluant à un changement de régime matrimonial.

Actualités

05/06/2020 Un notaire vous répond en direct sur RMC !

Chaque vendredi à 13h45, les notaires de France vous conseillent dans l'émission Brunet & Neumann.

Lire la suite sur le site des Notaires de France
03/06/2020 Les parties communes, propriétés si convoitées Lire la suite
La pose d’un ballon d’eau chaude dans les combles par les propriétaires du lot situé juste en-dessous, s’apparente à une prise de possession d’une portion, des parties communes ...

Un tel aménagement suppose, bien entendu, l’autorisation du syndicat des copropriétaires. Celle-ci sera acquise si elle réussit à recueillir les trois quarts des voix des copropriétaires en sa faveur. C’est ce qu’on appelle la majorité de l’article 26 de la loi du 10 juillet 1965 fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis et que l’on oppose à celle de l’article 25 de la même loi, qui ne requiert, elle, que la majorité des voix de tous les copropriétaires (présents, représentés et absents). Cette dernière, plus facile à atteindre, concerne donc logiquement les décisions les moins graves.

Le recours douteux à la majorité de l’article 25

C’est ce qu’aurait dû rappeler le syndic, aux copropriétaires d’un immeuble situé en région parisienne, réunis en assemblée générale (AG) le 31 janvier 2013. Ce jour là, ils devaient notamment se prononcer sur la demande d’installation d’un ballon d’eau chaude, dans les combles, émise par les deux propriétaires de l’appartement situé en-dessous. Le vote a eu lieu à la majorité de l’article 25 qui s’applique à « l'autorisation donnée à certains copropriétaires d'effectuer à leurs frais des travaux affectant les parties communes » et aux termes de la résolution, les deux propriétaires se sont vus accorder « la jouissance exclusive des combles » figurant au-dessus de leur lot.  Le syndic, lui, s'est vu confier le pouvoir de « signer tout document et acte authentique permettant la publication de l'acte modificatif au règlement de copropriété» Il a en outre été précisé que « les frais afférents à cet acte modificatif (publication, notaire, syndic) sont entièrement à la charge des propriétaires demandeurs. »

La dépossession des copropriétaires

Un couple, propriétaires dans le même immeuble, s’estime alors spolié et conteste cette décision qui rompt l’égalité entre les copropriétaires en conférant aux titulaires du lot du dernier étage, un droit de jouissance exclusive sur une portion des parties communes sans aucune contrepartie au bénéfice des autres copropriétaires. Il rappelle par ailleurs que le règlement de copropriété prévoit que « nul ne pourra, même temporairement, encombrer les parties communes ni y déposer quoi que ce soit, ni les utiliser pour son usage personnel.»

Il demande alors au syndicat des copropriétaires d’annuler la délibération. Celui-ci refuse. Le couple porte l’affaire en justice.

Il sollicite la nullité de la résolution qui a conduit à l’appropriation d’une partie des communs et qui à ce titre, aurait dû être adoptée à la majorité de l’article 26 de la loi de 1965. Celui-ci prévoit en effet que : «sont prises à la majorité des membres du syndicat représentant au moins les deux tiers des voix les décisions concernant (...) la modification, ou éventuellement l'établissement, du règlement de copropriété dans la mesure où il concerne la jouissance, l'usage et l'administration des parties communes» Contre toute attente, ils sont déboutés en première instance puis en appel.

Les premiers juges considèrent qu’il ne s’agit pas d’une appropriation des parties communes au regard du peu de place occupée par le ballon d’eau chaude et de la difficulté des copropriétaires à circuler dans les combles en raison de l’absence d’étude portant sur la sécurité de la structure. Ils estiment que la résolution portait bien sur une autorisation de travaux relevant de la majorité de l’article 25 et qu’il n'y avait donc pas lieu de l’annuler.

Le pourvoi en cassation.

Le couple sollicite alors le juge du droit qui casse l’arrêt de la cour d’appel. Il considère, au contraire, « que la décision prise lors de l'assemblée générale du 31 janvier 2013 accordait, aux deux copropriétaires qui avaient sollicité cette délibération, la jouissance exclusive des combles situés au-dessus du lot. » La Cour de cassation en conclut « que la décision devait être prise à la majorité prévue à l'article 26 de la loi précitée»

La résolution est annulée.

Consulter l’arrêt de la  Cour de cassation du 26 mars 2020

02/06/2020 Joindre l’utile à l’agréable, la ville à la campagne Lire la suite
C’est un peu le rêve de tout propriétaire. Il fait flamber le prix des appartements en ville doté d’un balcon ou d'une terrasse et frétiller celui des maisons avec jardins dans les communes proches des grands centres urbains.

C'est une évidence, la possibilité d’une vie en plein-air s’achète à prix d’or dans la capitale et plus globalement dans les centres des métropoles. Le confinement a remis au goût du jour balcons, terrasses et jardins. Les appartements qui en sont pourvus se vendent en moyenne 8, 8 % plus cher que les autres, dans les 11 plus grandes villes de France, selon une étude de MeilleursAgents publiée le 25 mai dernier. Même le rez-de-chaussée, d’ordinaire si mal-aimé, voit son prix valorisé de 12,5 % lorsqu’il dispose d’une terrasse ou d’un jardin. A l'étage, les prix s’envolent à mesure des niveaux et de l'éloignement du risque d’être vu. Ils croissent entre 4 % et 14 % pour le dernier étage.

La surface génère aussi des variations de prix importantes : + 4, 4 % pour une surface extérieure inférieure à 10 m2, + 30 % au-delà de 50 m2. Des espaces d'autant plus précieux lorsqu'il est possible de vivre dehors quasiment à l'année. Une terrasse à Marseille valorise un bien à hauteur de 15,9 %, contre 8,4% à Paris. 

L'outdoor a la cote et les petites villes situées en périphérie des centres économiques pourraient, bien elles, aussi, en tirer parti. Selon une étude réalisée à la mi-mai par SeLoger' : 25 % des français envisagent de devenir propriétaires dans une petite ville (moins de 20 000 habitants) et 13 % des acquéreurs interrogés se disent tenter par une installation à la campagne. « Gare toutefois à l’emballement ! » Alerte Françoise Fressoz dans les colonnes du Monde du 3 juin. « La quête de la maison individuelle, jardin et barbecue compris, hors de la métropole, a conduit ces dernières années à de nombreuses désillusions, faute de services publics et de commerces suffisamment proches. La révolte des « gilets jaunes », suscitée par la hausse trop forte du prix de l’essence, du gazole et du fioul, en a été le symptôme le plus aigu : la vie ne pouvait exister sans voiture. » D’après Béatrice Giblin, qui a dirigé l’Institut français de géopolitique et Jean Viard, sociologue, deux experts interrogés par l'essayiste pour cet article : « la redensification des villes moyennes, (...), suppose au moins quatre conditions : le lieu doit être désirable, l’accès à Paris facile, l’offre scolaire et culturelle de qualité. »

En attendant la concrétisation de ce vieux rêve, les citadins propriétaires peuvent se renseigner gratuitement sur les possibilités d’aménagement d’un espace extérieur auprès du conseil d’architecture d’urbanisme et de l’environnement (CAUE) le plus proche du bien concerné.

29/05/2020 Un notaire répond en direct sur RMC : spécial Immobilier

Vendredi 5 juin entre 12h et 14h, Me Jean-François Humbert est l'invité de "Brunet & Neumann" pour une émission spéciale Immobilier sur RMC.

Lire la suite sur le site des Notaires de France
29/05/2020 Doublement du plafond de la réduction d’impôt attaché aux dons envers les plus fragiles Lire la suite
Les dons effectués au profit des organismes portant secours aux personnes en difficulté, donnent droit à une réduction d’impôt sur le revenu, dans la limite d’un certain plafond. Celui-ci a été exceptionnellement rehaussé en raison des conséquences de la crise sanitaire.

Désormais, le contribuable peut déduire de son impôt 75 % de son don, dans la limite de 1 000 euros et non plus dans celle de 552 euros, plafond en vigueur jusqu’à l’adoption de la loi de finances rectificative pour 2O20. Il s’agit en effet pour l’État d’utiliser un autre instrument lui permettant de prendre part à des difficultés qui concernent l’ensemble de la société, aux côtés des particuliers, particulièrement généreux pendant cette crise.

Les dispositions ont été inscritent au Code général des impôts à l'article 200, 1 ter : « Par dérogation (...), pour l’imposition des revenus de l’année 2020, ces versements sont retenus dans la limite de 1 000 euros »

La mesure s’applique aux dons effectués :

• entre le 1er janvier et le 31 décembre 2020

• et au profit d’organismes en charge de l’aide d’urgence (aide alimentaire, aide au logement, aide médicale, etc.). Celle-ci peut être apportée en France ou à l’étranger si le programme est géré depuis la France.

Rappelons enfin pour les plus généreux, que le surplus donne droit à une réduction de 66 %, dans la limite de 20 % des revenus imposables du donateur. Si le montant des dons dépasse ce plafond, l’excédent est reporté alors sur les cinq années suivantes.

Il n'est jamais trop tard pour bien faire ...

Nos services numériques

Guides pratiques

Guide de l'héritage

Extrait du guide de l'héritage 2020

Achat immobilier - mode d'emploi

Acheter un bien immobilier relève souvent du parcours du combattant.Quelles précautions prendre..?

Vente immobilière - mode d'emploi

Quels documents dois-je fournir? Dès qu'un accord est trouvé avec l'acquéreur, je remets au notaire les documents portant sur ma situation personnelle ...

Succession - L'un de vos proches est décédé

Qui hérite? Dans quelle proportion? Quel en est le coût? Votre notaire est là pour vous aider et vous assister dans les opérations successorales que vous aurez à effectuer...

Les missions du notaire

Les missions du notaire

Le notaire est un juriste investi d’une mission d’autorité publique qui prépare des contrats sous la forme authentique pour le compte de ses clients. Il exerce ses fonctions dans un cadre libéral.

  • Le notaire, un officier public

Le notaire est un officier public, intervenant dans l’ensemble des domaines du droit : famille, immobilier, patrimoine, entreprises, rural, collectivités locales...
Agissant pour le compte de l’Etat, nommé par le ministre de la justice, il confère aux actes qu’il rédige un gage de sérieux et d’authenticité. Cela signifie qu’il possède de véritables prérogatives de puissance publique, qu’il reçoit de l’Etat.
Selon les termes de l’article 1er de l’ordonnance du 2 novembre 1945 relative au statut du notariat : « Les notaires sont les officiers publics établis pour recevoir tous les actes et contrats auxquels les parties doivent ou veulent faire donner le caractère d’authenticité attaché aux actes de l’autorité publique ».

  • Le notaire , un professionnel de l’authentification des actes

Il a le pouvoir d’authentifier les actes en apposant son sceau et sa propre signature. Il constate ainsi officiellement la volonté exprimée par les personnes qui les signent et s’engage personnellement sur le contenu et sur la date de l’acte. Cet acte s’impose alors avec la même force qu’un jugement définitif. A ce titre, le notaire est le magistrat de l’amiable, acteur d’une justice amiable.

  • Le notaire, un professionnel libéral

Bien qu’investi de l’autorité publique, le notaire exerce ses fonctions dans un cadre libéral, assurant ainsi une forme moderne de service public sans coût pour l’Etat, puisqu’il assume la responsabilité économique de son étude. C’est un professionnel libéral, rémunéré par ses clients (et non par les contribuables) selon un tarif fixé par l’Etat pour les services qu’il rend.
Consulter la page dédiée au tarif du notaire.

  • Le notaire, un professionnel présent sur tout le territoire

Implanté sur tout le territoire en vertu d’une répartition arrêtée par le ministre de la justice en fonction des besoins de la population, il assure un service public juridique de proximité. En effet, les offices notariaux ne sont pas soumis à un « numerus clausus » particulier (ce qui équivaudrait à une limitation du nombre des notaires) mais sont soumis à une implantation encadrée des offices sur tout le territoire pour répondre aux besoins de la population.

L'implantation des offices sur le territoire fait l’objet d’une adaptation permanente sous le contrôle de la chancellerie. Elle obéit à trois principes :

  • maintenir un service public juridique de proximité,
  • tenir compte des évolutions géographiques et démographiques,
  • veiller aux conditions économiques d’exercice de la profession afin d’assurer un service de qualité.

Accéder à l'annuaire des notaires

Consulter les derniers chiffres de la profession.