Paul-Etienne DUPONT Notaire à PARIS , PARIS 12ème, 75012 Notaris te PARIJS Notaire - PARIS

L'office vous informe

Calcul des plus values immobilières Calculateur de plus-values immobilières, après la réforme de l’été 2013. Lire la suite

Les Notaires de Paris –Ile-de-France viennent de mettre en ligne un calculateur de plus-values immobilières, après la réforme de l’été 2013.
Destiné aux particuliers et aux professionnels, ce nouvel outil, est accessible gratuitement

Lien vers le calculateur de plus-values immobilières : www.notaires.paris-idf.fr/outil/immobilier/calcul-des-plus-values-immobilieres-sur-maison-et-appartement
(à  recopier dans votre navigateur)

Notarissen Parijs, Frankrijk, Nederland Notaris te Parijs, Frankrijk Lire la suite

Het notariskantoor van Paul-Etienne Dupont bestaat sinds juli 2009. Paul-Etienne heeft al vele dossiers voor Nederlanders behandeld waardoor hij kennis heeft opgedaan van het Nederlandse recht. Thans is Henriette van Zelm van Eldik een van de medewerksters. Zij heeft in Nederland in 2000 haar studie notarieel recht afgerond en er vervolgens zes jaren als kandidaat-notaris gewerkt met als specialisatie estate planning en onroerend goed in Frankrijk.

Door haar kennis van het Nederlandse en Franse recht, de vloeiende beheersing van de Nederlandse en Franse taal en ervaring met de beide culturen, kan zij Nederlanders die een Franse notaris nodig hebben, goed van dienst zijn.

 DIENSTEN

 De bevoegdheden van een Franse notaris beperken zich niet tot de plaats waar het notariskantoor is gelegen. De Franse notaris kan in heel Frankrijk zijn diensten verlenen. Zo kan een Parijse notaris worden ingeschakeld bij de aankoop van een in Zuid-Frankrijk gelegen onroerend goed.

 Wij kunnen Nederlanders onder andere bij het volgende adviseren en begeleiden:

 Aankoop onroerend goed in Frankrijk

 Wanneer u een in Frankrijk gelegen onroerend goed wenst te kopen, dient u hiervoor een Franse notaris in te schakelen. U kunt dezelfde notaris nemen als de verkoper, maar indien u een eigen notaris inschakelt, werkt dat niet kostenverhogend; de beide notarissen delen in dat geval namelijk het honorarium.

Wij kunnen het hele aankooptraject notarieel begeleiden, vanaf het tekenen van de voor-overeenkomst (de promesse of de compromis de vente) tot en met het tekenen van de uiteindelijke koopakte. Hierbij leggen wij u indien nodig in het Nederlands uit hoe het aankooptraject verloopt en lichten de inhoud van de diverse te tekenen akten toe.

 In het zicht van de aankoop van het Franse onroerend goed, kunnen wij u adviseren over hoe u het onroerend goed het beste kunt aankopen (direct of middels een Société Civile immobilière (SCI); een Franse onroerend goed vennootschap) en of het verstandig is om een financiering met betrekking tot de aankoop aan te gaan. De manier van aankoop is afhankelijk van uw persoonlijke situatie en uw wensen met betrekking tot een eventuele toekomstige overgang van het Franse vermogen dat u straks bezit.

 Testament en huwelijksvoorwaarden

 Wanneer u eenmaal een Frans onroerend goed bezit, dient u rekening te houden met het Franse erfrecht. Wij kunnen u helpen met het opstellen van een Frans testament waarin u een beschikking ten aanzien van de vererving van dit onroerend goed opneemt, dan wel, in samenwerking met uw Nederlandse notaris, adviseren over een in uw Nederlandse testament op te nemen bepaling.

 Een testamentaire regeling met betrekking tot het Franse onroerend goed is niet altijd nodig. Afhankelijk van uw wensen en uw situatie kan een gedeeltelijke wijziging van uw huwelijksvoorwaarden of het op uw huwelijk toepasselijke huwelijksvermogensrecht verstandiger zijn.

 Tenaamstelling na overlijden

 Wanneer een eigenaar van een Frans onroerend goed overlijdt, dient (zijn aandeel in) dit bezit op naam van zijn erfgenamen gesteld te worden. Op de vererving van in Frankrijk gelegen onroerend goed is op grond van het Franse recht Frans erfrecht van toepassing. Tevens kan het zijn dat in Frankrijk erfbelasting betaald dient te worden. Wij kunnen de tenaamstelling van het onroerend goed verzorgen en de successieaangifte voor u indienen. Daarnaast kunnen we helpen met de deblokkering en de wijziging van de tenaamstelling van een eventuele Franse bankrekening.

 Tenaamstelling na echtscheiding

 Wanneer echtgenoten samen een in Frankrijk gelegen onroerend goed bezitten en in het kader van een echtscheiding dit onroerend goed aan een van beiden wordt toebedeeld, dient de tenaamstelling in Frankrijk gewijzigd worden. Wij kunnen dit voor u regelen.

 Verkoop onroerend goed in Frankrijk

 Net als voor de aankoop geldt dat wanneer u een in Frankrijk gelegen onroerend goed wenst te verkopen, u hiervoor een Franse notaris dient in te schakelen. De notariskosten worden door de koper gedragen, ook al heeft u ieder een eigen notaris.

Wanneer u een Franse vakantiewoning verkoopt, dient u rekening te houden met mogelijk te betalen winstbelasting.

Wij kunnen de verkoop notarieel begeleiden tot en met het tekenen van de verkoopakte en de afdracht van eventuele winstbelasting.

 TARIEVEN

 In Frankrijk zijn de tarieven voor de meeste notariële akten nog gereglementeerd. De tarieven zijn voor heel Frankrijk gelijk. Sommige tarieven zijn een vast bedrag, andere tarieven zijn gerelateerd aan de waarde van de betrokken goederen.

Voor bepaalde diensten kan de Franse notaris een 'vrij' honorarium in rekening brengen. Dit is het zogenaamde artikel 4 honorarium. Dit vrije honorarium geldt bijvoorbeeld ten aanzien van een advisering of wanneer naast het verrichten van diensten waarvoor een gereglementeerd tarief geldt nog andere/extra diensten worden verleend. De notaris dient u vooraf over deze artikel 4 kosten in te lichten.

U kunt altijd vooraf informeren naar de kosten die gemoeid gaan met de voor u te verrichten diensten.

Loi ALUR entrée en vigueur le 27 mars Entrée en vigueur le 27 mars 2014 de la loi ALUR (accès au logement et l'urbanisme rénové) De nouveaux documents à annexer aux promesses de vente de lots de copropriété Lire la suite

 L’annexion d’un ensemble de pièces à l’avant-contrat :

- Les pièces à annexer:

A tous les avant-contrats, quelle que soit leur forme sous seing privés ou en la forme authentique, conclus à compter du 27 mars devront être annexés les documents suivants :

1- les diagnostics ,

2- les documents suivants relatifs à l'organisation de l'immeuble:

- le règlement de copropriété et l’état descriptif de division,

- tous les actes modificatifs du règlement et de l’état descriptif, à la condition qu’ils aient été publiés,

- les procès-verbaux des assemblées générales des trois dernières années,

NB:L’obligation de se procurer ces documents repose sur le vendeur. Si le vendeur ne peut présenter les derniers PV, il convient de se les procurer auprès du syndic.Le seul moyen de ne pas passer à côté d'un acte modifiant le règlement de copropriété ou l'état descriptif est de demander un état hypothécaire le plus récent possible. (nous pouvons vous assister dans cette tâche). 

3- documents suivants relatifs à la situation financière de la copropriété:

- le montant des charges courantes du budget prévisionnel et des charges hors budget prévisionnel payées par le copropriétaire vendeur au titre des deux derniers exercices comptables,

- les sommes restant dues par le vendeur au syndicat des copropriétaires et les sommes qui lui seront dues par l’acquéreur, sauf lorsque le syndicat comporte moins de dix lots et que son budget prévisionnel moyen sur une période de trois exercices consécutifs est inférieur à 15.000 euros,

- l’état global des impayés de charges au sein du syndicat et de la dette du syndicat vis-à-vis des fournisseurs, sauf lorsque le syndicat présente les mêmes caractéristiques que celles visées ci-dessus,

- le montant de la part du fonds de travaux rattaché au lot principal vendu et le montant de la dernière cotisation à ce fonds versée par le copropriétaire vendeur au titre de son lot lorsque le syndicat des copropriétaires dispose d’un fonds de travaux, 

4- le carnet d’entretien de l’immeuble. 

D’autres documents devront dans un futur plus ou moins proche être également annexés. (Attestation sur la superficie privative et la superficie habitable, notice d'information sur le fonctionnement du syndicat des copropriétaires, diagnostic technique global et plan pluriannuel de travaux). Il n’y a pas lieu aujourd’hui de les demander.

Tous ces documents doivent être « annexés » à l'avant contrat.

- La possibilité de remettre certaines pièces: 

Toutefois, il est possible de ne pas annexer mais de remettre à l'acquéreur qui le reconnaîtra les seuls documents suivants:

-le règlement de copropriété,

-le carnet d’entretien,

-l’état descriptif de division. 

- La sanction du défaut d’annexion ou de remise des pièces : le point de départ du délai de rétractation est retardé:

Le nouvel article L. 721-3 du CCH dispose que « lorsque les documents relatifs à l'organisation de l'immeuble, à la situation financière et l'attestation de superficie ne sont pas annexés à l'acte notifié, le délai de rétractation ou de réflexion de l'acquéreur ne commencera qu'à compter du lendemain de la communication qui lui sera faite des documents manquants. Cette communication sera réalisée selon les modalités de notification de l'acte prévues à l'article L. 271-1.

Pour les ventes à des professionnels ou de lots qui ne sont pas à usage d'habitation, la sanction relèvera du droit commun (résolution des engagements si le document oublié révèle une situation qui, si elle avait été connue, aurait incité l’acquéreur à ne pas signer l’avant-contrat, ou dommages et intérêts en cas de préjudice démontré).

- La charge du coût des pièces et informations obligatoires:

En l’état de la pratique actuelle, la charge du coût des pièces qui doivent être annexées à un avant-contrat ou remises à sa signature doit être supportée par le vendeur.

Pour information:

- coût d'un état hypothécaire sur un lot :12 €

- cout d'une copie d'un règlement de copropriété, état descriptif ou de leur modificatif faite au service de la publicité foncière:32 €

Décision du Conseil Constitutionnel Obligation de déclaration à l'administration des « schémas d'optimisation fiscale » et notion d'abus de droit : le projet de loi de finances retoqué. Lire la suite

 L'article 96 instituait une obligation de déclaration à l'administration des « schémas d'optimisation fiscale » par toute personne les commercialisant, les élaborant ou les mettant en oeuvre. Le Conseil a relevé que ces dispositions retenaient une définition trop générale et imprécise, alors qu'elles apportaient des restrictions à la liberté d'entreprendre et étaient lourdement sanctionnées.

 L'article 100 modifiait la définition de l'abus de droit. Désormais devaient être constitutifs d'un abus de droit, que l'administration pouvait écarter pour l'établissement de l'impôt, les actes ayant un caractère fictif ou ayant pour motif principal celui d'éluder ou d'atténuer les charges fiscales. Outre le rétablissement de l'impôt dû et le paiement d'intérêts de retard, un tel abus est lourdement sanctionné, la majoration étant égale à 80 % des impôts dus.

Le Conseil constitutionnel a relevé que, compte tenu des conséquences ainsi attachées à la procédure d'abus de droit fiscal, le législateur ne pouvait retenir une nouvelle définition aussi large de cette notion. L'article 100 portait atteinte au principe de légalité des peines et était contraire à la Constitution.

Décision du conseil constitutionnel du 29/12/2013 Le Conseil Constitutionnel vient de déclarer contraire à la constitution les dispositions de l’article 27 supprimant l’application de l’abattement pour durée de détention dans le cadre du calcul des plus-values immobilières portant sur les terrains à bâtir . Lire la suite

 L'article 27 modifiait l'imposition des plus-values immobilières . Pour les plus values sur les cessions de terrains à bâtir, le principe devenait la suppression de tout abattement pour les cessions intervenant à compter du 1er mars 2014.

Dans le même temps, et alors qu'il n'est pas tenu compte de l'érosion monétaire, aucune forme d'atténuation de la plus-value brute résultant de la cession n'était prévue. En conséquence, le contribuable pouvait être imposé dans des conditions qui méconnaissent l'exigence de prise en compte de ses capacités contributives.

Le Conseil constitutionnel a censuré, comme portant atteinte à l'égalité devant les charges publiques, les dispositions de l'article 27 relatives aux PVI sur les cessions de terrains à bâtir.

Les autres dispositions de l'article 27, qui réforment la taxation des autres cessions de biens immobiliers (accroissement des abattements, abattement exceptionnel temporaire pour les cessions réalisées à compter du 1er septembre 2013), n'étaient pas contestées et n'ont pas été censurées.

 

Vers une hausse des droits de mutation à titre onéreux en 2014 Pour faire face aux difficultés financières que rencontrent de nombreux départements dans le financement de leurs dépenses sociales et en raison de la baisse de la dotation de l’Etat en faveur des collectivités territoriales (-1,5 milliard d’euros), le Premier Ministre, Jean-Marc Ayrault, a annoncé le 16 juillet dernier dans un communiqué de presse, que les départements seront autorisés, « pour une durée de deux ans (2014 et 2015) à relever le plafond de perception des droits de mutation à hauteur maximale de 4,5% au lieu de 3,8% ». Cette mesure a été intégrée dans le projet de budget pour l’année 2014. Cette mesure risque d’influer sur la reprise de l’activité immobilière dans les années à venir. Toutefois, les acquéreurs pourront être inciter à concrétiser leur projet immobilier avant cette hausse annoncée en 2014. Exemple : Avec l’augmentation annoncée des droits de mutation, le surcoût pour l’achat d’un appartement de 500.000 euros serait d’environ 3500 euros. Pour l’achat d’une maison d’un montant de 200.000 euros , le surcoût serait d’environ 1400 euros. Lire la suite

  le premier Ministre a indiqué qu’un accord entre le gouvernement et les départements devrait permettre permettre à ces derniers de déplafonner le taux de prélèvement des droits de mutation à titre onéreux, versés au département en cas d’acquisition d’un bien immobilier.

" Face aux difficultés financières que rencontrent de nombreux départements en raison de l’écart croissant entre les dépenses de solidarité, notamment les trois allocations, revenu de solidarité active (RSA), allocation personnalisée d’autonomie (APA), prestation de compensation du handicap (PCH), et les ressources correspondantes, le Premier ministre a décidé de renforcer le soutien financier de l’Etat en faveur des conseils généraux.

Un fonds de compensation de 830 millions sera mis en place en 2014 par transfert des frais de gestion de taxes locales aujourd’hui perçus par l’Etat, et les départements seront autorisés, pour une durée de deux ans (2014 et 2015) à relever le plafond de perception des droits de mutation à hauteur maximale de 4,5 % au lieu de 3,8 % pour faire face à leur éventuelle diminution"

Rappelons que le taux global de taxation s’établit à ce jour à 5,09006 % pour les ventes d’immeubles.

Les mutations d’immeubles supportent aujourd’hui le droit départemental au taux de 3,80 %  ainsi que la taxe communale au taux de 1,20% et les frais d’assiette et de recouvrement dont le taux, est fixé à 2,37 % du droit départementale (soit 0,09006).

Du fait de l’autorisation accordée aux départements, le taux global de taxation pourrait pourrait être fixé au maximum à 5,80665 %:

  • Droit départemental : 4,50%
  • taxe communale : 1,20%
  • Frais d’assiette et de recouvrement : 2,37 (4,50)/100 soit 0,10665%

 

 
Plus values immobilières Nouvelles modalités de taxation des plus values immobilières : Lire la suite

Afin de contribuer à la fluidité du marché immobilier, les modalités d'imposition des plus-values immobilières sont modifiées pour les cessions réalisées à compter du 1er septembre 2013.

En premier lieu, et pour les cessions réalisées à compter du 1er septembre 2013, les modalités de calcul de l'abattement pour durée de détention prévu à l'article 150 VC du code général des impôts (CGI) sont modifiées pour la détermination de l'assiette imposable à l'impôt sur le revenu et aux prélèvements sociaux des plus values immobilières résultant de la cession de biens autres que des terrains à bâtir ou de droits s'y rapportant.

 Ainsi,

1) pour l'impôt sur le revenu, l'abattement pour durée de détention s'établit comme suit :

- 6 % pour chaque année de détention au-delà de la cinquième et jusqu'à la vingt-et-unième ;

- 4 % pour la vingt-deuxième année révolue de détention.

L'exonération totale des plus-values immobilières de l'impôt sur le revenu sera ainsi acquise à l'issue d'un délai de détention de vingt-deux ans, au lieu de trente ans depuis le 1er février 2012.

 2) pour les prélèvements sociaux, l'abattement pour durée de détention s'établit comme suit:

- 1,65 % pour chaque année de détention au-delà de la cinquième et jusqu'à la vingt-et-unième ;

- 1,60 % pour la vingt-deuxième année de détention ;

- 9 % pour chaque année au-delà de la vingt-deuxième.

L'exonération totale des plus-values immobilières des prélèvements sociaux restera ainsi acquise à l'issue d'un délai de détention inchangé de trente ans. 

En second lieu, et pour les cessions intervenant du 1er septembre 2013 au 31 août 2014, un abattement exceptionnel de 25 % est appliqué pour la détermination du montant imposable à l'impôt sur le revenu et aux prélèvements sociaux des plus values résultant de la cession de biens immobiliers ou de droits portant sur ces biens, autres que des terrains à bâtir ou de droits s'y rapportant.

Actualités du notariat

17/05/2018 Lancement du site "Actes authentiques en Europe"

Les Notaires d’Europe ouvrent aujourd’hui un nouveau site web d’information "Actes authentiques en Europe", destiné au grand public.

Lire la suite
14/05/2018 Un notaire vous répond en direct sur RMC !

Chaque vendredi à 14h45, les notaires de France vous conseillent dans l'émission Radio Brunet.

Lire la suite
14/05/2018 Conseil du coin : rencontrez un notaire au café !

Tous les 1er samedi du mois, les notaires du Conseil du Coin vous offrent des conseils juridiques dans plusieurs cafés en France.

Lire la suite
04/05/2018 Jérôme FEHRENBACH prend la Direction générale du CSN

Jérôme FEHRENBACH succède à Patrice TARTINVILLE à la Direction générale du Conseil supérieur du notariat, l'organisation professionnelle du notariat, et ce à partir de mai 2018.

Lire la suite
03/05/2018 Patrimoine et immobilier | Magazine Conseils des notaires

Acheter pour louer ; Comment défiscaliser en 2018 ? ; Diversifier vos placements : le magazine trimestriel Conseils des Notaires " Patrimoine et immobilier " vous donne toutes les réponses.

Lire la suite
02/05/2018 Le Club du Droit sur BFM Business

Chaque semaine, les notaires de France partagent leurs conseils sur BFM Business.

Lire la suite
24/04/2018 Note de conjoncture immobilière / N°39

Tendances du marché au 4ème trimestre 2017, prix de l'immobilier : La conjoncture immobilière analysée par les notaires de France.

Lire la suite
20/04/2018 Inconfortable indivision

L’indivision est fréquente après une succession. Lorsqu’elle se prolonge, elle est souvent source de conflits familiaux.

Lire la suite
13/04/2018 Assurance-vie : Comprendre la nouvelle fiscalité des rachats

La loi de finances pour 2018 instaure une refonte de la fiscalité des rachats effectués sur les contrats d’assurance-vie et de capitalisation avec la création d’un prélèvement forfaitaire unique : Toutes les informations dans la lettre Conseils des notaires d'avril 2018.

Lire la suite
05/04/2018 Salon des seniors 2018 : rencontrez les notaires !

Du 5 au 7 avril 2018, consultez gratuitement les notaires au salon des seniors.

Lire la suite

Guides pratiques

Achat immobilier - mode d'emploi

Acheter un bien immobilier relève souvent du parcours du combattant.Quelles précautions prendre..?

Consulter le guide (1Mo)
Vente immobilière - mode d'emploi

Quels documents dois-je fournir? Dès qu'un accord est trouvé avec l'acquéreur, je remets au notaire les documents portant sur ma situation personnelle ...

Consulter le guide (1Mo)
Succession - L'un de vos proches est décédé

Qui hérite? Dans quelle proportion? Quel en est le coût? Votre notaire est là pour vous aider et vous assister dans les opérations successorales que vous aurez à effectuer...

Consulter le guide (2Mo)

Les missions du notaire

Les missions du notaire

Le notaire est un juriste investi d’une mission d’autorité publique qui prépare des contrats sous la forme authentique pour le compte de ses clients. Il exerce ses fonctions dans un cadre libéral.

  • Le notaire, un officier public

Le notaire est un officier public, intervenant dans l’ensemble des domaines du droit : famille, immobilier, patrimoine, entreprises, rural, collectivités locales...
Agissant pour le compte de l’Etat, nommé par le ministre de la justice, il confère aux actes qu’il rédige un gage de sérieux et d’authenticité. Cela signifie qu’il possède de véritables prérogatives de puissance publique, qu’il reçoit de l’Etat.
Selon les termes de l’article 1er de l’ordonnance du 2 novembre 1945 relative au statut du notariat : « Les notaires sont les officiers publics établis pour recevoir tous les actes et contrats auxquels les parties doivent ou veulent faire donner le caractère d’authenticité attaché aux actes de l’autorité publique ».

  • Le notaire , un professionnel de l’authentification des actes

Il a le pouvoir d’authentifier les actes en apposant son sceau et sa propre signature. Il constate ainsi officiellement la volonté exprimée par les personnes qui les signent et s’engage personnellement sur le contenu et sur la date de l’acte. Cet acte s’impose alors avec la même force qu’un jugement définitif. A ce titre, le notaire est le magistrat de l’amiable, acteur d’une justice amiable.

  • Le notaire, un professionnel libéral

Bien qu’investi de l’autorité publique, le notaire exerce ses fonctions dans un cadre libéral, assurant ainsi une forme moderne de service public sans coût pour l’Etat, puisqu’il assume la responsabilité économique de son étude. C’est un professionnel libéral, rémunéré par ses clients (et non par les contribuables) selon un tarif fixé par l’Etat pour les services qu’il rend.
Consulter la page dédiée au tarif du notaire.

  • Le notaire, un professionnel présent sur tout le territoire

Implanté sur tout le territoire en vertu d’une répartition arrêtée par le ministre de la justice en fonction des besoins de la population, il assure un service public juridique de proximité. En effet, les offices notariaux ne sont pas soumis à un « numerus clausus » particulier (ce qui équivaudrait à une limitation du nombre des notaires) mais sont soumis à une implantation encadrée des offices sur tout le territoire pour répondre aux besoins de la population.

L'implantation des offices sur le territoire fait l’objet d’une adaptation permanente sous le contrôle de la chancellerie. Elle obéit à trois principes :

  • maintenir un service public juridique de proximité,
  • tenir compte des évolutions géographiques et démographiques,
  • veiller aux conditions économiques d’exercice de la profession afin d’assurer un service de qualité.

Accéder à l'annuaire des notaires

Consulter les derniers chiffres de la profession.